Home

Le projet des « Granges de la Gageolle » :
un Collectif Agricole établi en habitat groupé à Horrues, Soignies

L’élaboration du projet et les travaux se poursuivent: au mois de mars 2018, notre Collectif déposait le dossier de demande de permis d’Urbanisme auprès de la Commune de Soignies. Il est donc grand temps de mettre à jour cette page d’accueil! Vous trouverez ici, dans les grandes lignes, le descriptif des intentions et de la forme du projet.

N’hésitez pas à explorer les autres pages et si vous le souhaitez, nous contacter via le formulaire.

Le projet

Le projet des ‘Granges de la Gageolle’ vise à implanter un groupe de ménages, s’associant pour mener ensemble une exploitation agricole qui soit économiquement, écologiquement, humainement et socialement durable au sein d’une magnifique ferme qui deviendrait leur lieu convivial de vie et de travail.

Pour en savoir un peu plus sur les personnes impliquées à ce jour dans le projet, rendez-vous sur notre page de présentation des futurs habitants. Notre groupe est composé actuellement de 8 ménages, avec une mixité au niveau des âges, des profils et de la composition familiale.

La motivation: travailler la terre est un métier noble, mais aussi difficile,
parfois inaccessible. Diversifions les modèles!

Aujourd’hui chacun ou presque le sait: le secteur agricole et plus particulièrement ses acteurs relevant du petit entreprenariat, sont en difficulté. Industrialisation et investissements lourds, regroupement ou accaparement des terres, domination du secteur de la distribution dans l’établissement des prix… ne favorisent plus guère qu’un seul type d’exploitation et rendent extrêmement problématique l’installation des jeunes agriculteurs.

Si l’industrialisation de l’agriculture a démontré un certain succès dans l’accessibilité et la quantité de nourriture dispensée, elle montre aujourd’hui ses limites en terme de valeur sociale (permettre à un maximum de gens de vivre confortablement de la terre, conserver une dynamique des zones rurales), sanitaire (émergence de nombreuses préoccupations ou scandales liées à la qualité de l’alimentation) ou écologique (dégradation de la fertilité des sols et des écosystèmes).

La conviction du groupe qui porte ce projet, est qu’un modèle hégémonique de production alimentaire n’est pas la seule réponse, et que des formes alternatives – dont beaucoup voient le jour dans le monde entier[1] – devraient être encouragées afin de chercher à apporter de nouvelles solutions aux défis alimentaires, sociétaux et environnementaux de demain.

[1] Par exemple, pas loin de chez nous: la Ferme Arc-en-Ciel (BE), la Ferme de Stée (BE), les Fraternités Ouvrières (BE), la Ferme du Bec Hellouin (FR), la Ferme de la Bourdaisière (FR), les initiatives de John Jeavons ou Elliot Coleman (US), de Jean-Martin Fortier (CA), … Le Centre wallon de Recherches agronomiques (CRA-W) participe l ui aussi à la conception et au suivi scientifique de projets mettant en place de nouveaux agroécosystèmes, comme la Ferme du Maustitchi à Leernes, les Jardins de Dounia à Corroy-le-Grand ou le projet du CRA-W à Gembloux

A quoi ressemblera l’exploitation agricole du Collectif?

La première étape consistera en l’aménagement du territoire selon des principes de l’agroécologie : agroforesterie, haies et bocages, vergers pâturés, traitement de l’eau via lagunage/phytoépuration, parcelles boisées et zones d’intérêt écologique.

Plan d'aménagement agroécologique

La production sera principalement axée sur du maraîchage, avec des pôles d’activités secondaires de type petit élevage (volailles, ovins, caprins), laiterie, apiculture, micro-brasserie. Le projet prévoit également un petit comptoir fermier, car dès que le niveau de production le permettra, son ambition est de s’ancrer davantage dans la vie du village en proposant en circuit court certains produits de l’exploitation.

Qui fait quoi?

La particularité fondamentale du projet, est de coupler l’exploitation de la ferme à l’établissement d’un habitat groupé, permettant de la sorte à un ensemble de personnes, vivant sur place, de contribuer au travail de la terre.

Ce modèle groupé permet tout à la fois la réalisation financière y compris pour de jeunes ménages (pour qui l’accès à la terre serait autrement inenvisageable), le maintien d’une exploitation agricole à très bas régime motorisé (peu d’engins ou de petite taille, mais beaucoup de ressources humaines) et la résilience globale du projet (l’exploitation n’est pas mise à mal en cas de maladie ou accident de la vie).

Donc tout le monde travaille, mais selon des schémas personnalisés:

  • du temps partiel (en complément à une autre activité professionnelle) au temps plein (activité principale)
  • selon les compétences individuelles, qui sont très diversifiées dans le groupe
  • en forme d’équipes par pôles d’activité: team caprin, team légumes, team brassicole…

La mixité entre les occupations à la ferme et une occupation professionnelle extra-muros à temps partiel, pour un certain nombre d’habitants, garantit également une certaine sécurité financière qui garantit de meilleures conditions pour démarrer et installer le projet agricole, en particulier durant les toutes premières années.

Le projet architectural

La fondation « Granges de la Gageolle-foncière communautaire », créée par notre Collectif Agricole, s’est portée propriétaire de la très belle ferme de la rue Samme, à Horrues, sise sur 8 HA. Le projet architectural se veut respecter trois grands objectifs:

  • préserver le corps de ferme du XVIIIe siècle, d’aspect et de caractère remarquables
  • réaliser de nouvelles habitations privatives de grande qualité énergétique et écologique sans aucune emprise sur les terres agricoles ni augmentation de la surface imperméabilisée, en exploitant les surfaces actuellement dédiées à des hangars ou silo
  • implanter des espaces communs, de logistique et de travail de façon rationnelle et ici encore sans nuire à la qualité esthétique des bâtiments anciens


Vue depuis le sud, à l’intérieur de la cour de la ferme (la rue Samme passe à gauche du bâtiment F)


Vue depuis l’ouest. Seul le bâtiment D (ancien local à charrettes) est visible depuis la rue dans l’axe de l’entrée de la ferme.


Vue aérienne sur le hangar sud (existant), dont le toit est visible depuis le bas de la Rue Samme)

Dans cette optique, les espaces communs (espaces liés à la production alimentaire et espaces fonctionnels ou de vie partagés) sont concentrés dans le corps de logis existant et les anciens bâtiments annexes (étables, salle des charrettes, hangars),  et les nouvelles habitations prennent place au niveau de deux hangars et au-dessus du silo à l’est de la ferme.

Cette configuration permet de conserver et restaurer le bâti ancien en évitant des transformations trop lourdes qui seraient indispensables pour correspondre aux standards d’habitation actuels, tandis que ces derniers seront aisément atteints dans de nouvelles constructions écologiques et économiques.

Enfin outre le respect des zones perméables, le projet porte une attention toute particulière au cycle de l’eau en intégrant:

  • la captation des eaux de pluie sur les surfaces de toitures pour l’utilisation des eaux non- alimentaires
  • la captation des eaux de ruissellement pour l’irrigation des cultures céréalières et l’alimentation des mares naturelles (production de biomasse) ;
  • une utilisation de l’eau de distribution limitée au nécessaire (par exemple : usage alimentaire dans les habitations, transformations alimentaires, nettoyage des légumes et fruits avant commercialisation;
  • le ralentissement, la circulation et l’infiltration de l’eau sur les terres, notamment via un réseau de baissières, de haies et de mares naturelles;
  • la phytoépuration pour le traitement des eaux usées ;
  • l’utilisation préférentielle de toilettes sèches (éventuellement mixte avec des toilettes humides) dans les habitations privatives et espaces communs

 

Voici l’essentiel pour comprendre à quoi nous sommes occupés!

Comme toujours, n’hésitez pas à nous faire signe; si vous êtes de la région, nous sommes toujours heureux d’échanger en direct.

Merci de votre attention 😉